Un espoir adapté (d’après le film « Patients » de Grand Corps malade)

Les bons films ont une âme. J’ai voulu percer celle du film Patients de Grand corps malade (Sorti en salle en début d’année et visible en VOD) et ai découvert un puissant concept de développement personnel : l’espoir adapté.

Que feriez-vous si, à la suite d’un accident, vous vous trouviez cloué au lit pendant des mois, victime d’une tétraplégie partielle que vous trainerez le reste de votre vie ?

Sans doute, ne vous êtes-vous jamais posé la question ?

On envisage rarement le pire. On préfère se visualiser conquérant, allant au-devant de réussites et de bonnes fortunes.

L’espoir fait vivre

C’est humain. L’espoir fait vivre.

C’est, justement, le thème du film de Grand corps malade : « Patients ».

Vous connaissez l’histoire du slameur le plus célèbre de France : à la suite d’un plongeon dans une piscine vide, le chanteur s’est retrouvé paralysé des jambes et des bras. Seuls ses orteils et ses doigts ont gardé leur sensibilité.

Patients narre l’année de rééducation au centre de Garches qu’a subi Grand corps malade à la suite de son accident.

Le film est tout à la fois drôle et bouleversant, confirmant que l’on peut évoquer un sujet grave avec un grand esprit de finesse et de légèreté.

L’espoir, c’est ce qui va faire tenir Ben, le personnage imaginé par Grand corps malade, son alter ego cinématographique. L’espoir de reprendre ses études de STAPS (Vous savez ces joyeux lurons, dans les facs, qui se déplacent par bande, portant à l’épaule d’énormes sacs bleu et orange). L’espoir de reprendre sa place dans son équipe de basket. L’espoir de devenir prof de gym.

Avec un tel espoir, Ben va progresser pendant son année de rééducation.

Il va s’acharner à faire des longueurs de piscine et des exercices en salle de kine jusqu’à recouvrer peu à peu l’usage partiel de ses bras et de ses jambes.

Un espoir adapté

Mais cet espoir sera douché par le Dr Challes, une médecin au professionnalisme froid, jouée à la perfection par Dominique Blanc, qui lui apprend vers la fin de sa rééducation qu’il ne retrouvera jamais la mobilité suffisante pour retrouver sa vie d’avant.

Elle explique à Ben qu’il faut savoir renoncer. Avec des mots qui sur le moment semblent terribles : « L’autonomie, c’est déjà un bel objectif ».

Un crève-cœur pour Ben mais aussi une révélation.

Un principe de réalité sur lequel la rééducation aurait pu sombrer.

Mais c’est sans compter l’ami hémiplégique de Ben qui lui explique ainsi qu’aux autres « tétras »: « Vous pensez comme des loosers. Le truc c’est de changer d’espoir« .

C’est ce que va faire Ben. Tout en poursuivant sa rééducation qui lui permettra de retrouver sa verticalité, il se met à la musique et à l’écriture.

Changer d’espoir pour un nouvel espoir. Un espoir adapté. Comme un fauteuil adapté. Une fourchette adaptée. Un téléphone adapté.

Un espoir adapté : c’est l’intense message de vie qu’adresse aux valides un homme qui a dû changer de rêves.

Un espoir adapté est la chanson du générique de fin interprétée par Grand corps malade.

JC Heriche, le 17 décembre 2017

PS 1 : Au-delà du message et des scènes tantôt cocasses, tantôt touchantes, le film a quelques réussites formelles. J’en cite deux : Le travelling où l’on voit Grand corps malade passer d’une pièce de l’hôpital à l’autre, symbolisant magnifiquement le passage du temps au sein d’un ancrage spatial. Le regard caméra du personnage dans la dernière image du film. Une invention de François Truffaut dans « Les 400 coups », reprise avec bonheur par Grand corps malade.

PS 2 : Le film de Grand corps malade fait plus pour l’intégration du handicap dans la société et sa prise en compte que toutes les lois et les campagnes de sensibilisation. La série Vestiaire qui passe sur France 2 après le journal de 20H est dans cette lignée : sensibiliser en faisant rire, en émouvant.

Pour me suivre :

Site 

Blog

Chaîne YouTube : à construire

Et sur les réseaux sociaux :

Linkedin 

Twitter

Facebook 

Instagram 

1 commentaire sur “Un espoir adapté (d’après le film « Patients » de Grand Corps malade)”

Laisser un commentaire

Luttons contre le spam *